Tufte CSS

Montagnes mobiles

Médias. Milieux. Systèmes — chapitre 2 - 2019-2020

Montagnes mobiles

En juillet 2017, des chercheurs de l’université de Harvard aux États-Unis annoncent par voie de publication, avoir encodé et enregistré des images et un court film dans l’ADN d’une population de bactéries vivantes. Et de les avoir ensuite extraits, décodés, regardés, relus.

Les images ? Des mains humaines.

Le film ? Un GIF animé composé de 5 images extraites du Cheval en mouvement, chronophotographié en plein galop par Eadweard Muybridge sur une piste de Palo Alto en 1878.

Pour archiver ces données numériques dans le génome d’un groupe d’organismes vivants, les chercheurs ont utilisé CRISPR-Cas, un outil de génie génétique révolutionnaire.

Sous le sable exactement

Après une année inaugurale à la découverte des milieux anthropisés des Landes de Gascogne sous l’intitulé Mondes • Modèles, le séminaire Médias. Milieux. Systèmes approfondit son travail en territoire en interrogeant les formes d’écritures dans leurs milieux appareillés.

Nous appelons ici « appareils » autant les concepts qui nous permettent de révéler les données et les modèles qui composent le fond de plan de beaucoup de récits et construisent nos représentations collectives, que l’ensemble des outils qui organisent les processus de leur écriture et inscription.

Cette année, nous nous attacherons à l’empreinte industrielle des objets, matériaux et milieux associés dans toutes les échelles du vivant en prenant la question non pas des biens communs mais des « maux communs » comme ressort d’une réflexion constructive sur les possibles pistes de vie, de récits, et de formes que suscite ce regard décalé sur nos milieux.

Et cela, sous le parrainage du géographe Élisée Reclus, pour qui « la géographie n’est que de l’histoire dans l’espace et l’histoire, de la géographie dans le temps. »

Montagnes mobiles et futurs enfouis

Partant de l’hypothèse que les spectres du futur se disséminent et se sédimentent toujours dans le présent, nous essaierons d’imaginer comment les paléontologues, géologues, anthropologues et autres scientifiques de demain reconstitueraient et représenteraient les formes de vie d’aujourd’hui, leurs milieux, environnements et interactions s’ils faisaient les mêmes erreurs d’interprétation qu’aujourd’hui.

Pour produire cette recherche, nous allons nous appareiller des concepts que nous rencontrerons sur nos chemins et expérimenter les méthodologies d’une archéologie prospective (terrains de fouilles, glanage, collecte, inventaire, terminologie) en la couplant aux médiums de l’art pour mettre en scène une paléontographie du futur et ses possibles « technofossiles ».

Paul Dupouy, Jean-Philippe Halgand
Séminaire Médias. Milieux. Systèmes
École supérieure des Beaux-Arts de BordeauX, juillet 2019.

X